Ce jour est également jour d'hommage à Agota Kristof chez Cryssilda. J'ai donc découvert cette auteure hongroise disparue cet été par le biais de sa trilogie.

 101_1625

 

Dans le premier roman "Le grand cahier", Lucas et Klaus sont confiés durant la guerre à leur grand-mère, la "Sorcière" (elle est soupçonnée d'avoir empoisonné son mari). Elle est méchante, avare et sale.Ils vont s'entraîner chez elle à ne plus ressentir ni le froid ni la faim ni la douleur ni les émotions. Ils consignent tous les évènements de leur vie dans un grand cahier. La grand-mère va décéder et Klaus va s'échapper, Lucas reste.

Le deuxième, "La preuve" décrit la vie de Lucas après le départ de son frère, dans un régime totalitaire, vie partagée entre les actes de bonté et la violence. Il est le seul à parler de son frère, personne dans le village ne semble l'avoir connu.

Dans le "Troisième mensonge", Klaus nous livre une autre version de leur histoire. Lucas aurait été blessé par une balle perdue tirée par sa mère, celle-ci a tué leur père cette nuit là car il voulait les quitter pour vivre avec Antonia, enceinte de'une petite fille Sarah. Lucas se retrouve en centre de rééducation , leur mère en hôpital psychiatrique et Klaus est recueilli par Antonia.

Cette trilogie nous laisse perplexe, quelle est la véritable histoire de cette famille? La guerre et la dictature déchirent-elles les familles à tel point que chacun reconstruit son histoite comme il peut?

Pour moi une très belle découverte.