la_couleur_des_sentimentsChez les Blancs de Jackson, Mississipi, ce sont les Noires qui font le ménage, la cuisine, et qui s’occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. En quarante ans de service, Aibileen a appris à tenir sa langue. L’insolente Minny, sa meilleure amie, vient tout juste de se faire renvoyer. Si les choses s’enveniment, elle devra chercher du travail dans une autre ville. Peut-être même s’exiler dans un autre Etat, comme Constantine, qu’on n’a plus revue ici depuis que, pour des raisons inavouables, les Phelan l’ont congédiée.

Mais Skeeter, la fille des Phelan, n’est pas comme les autres. De retour à Jackson au terme de ses études, elle s’acharne à découvrir pourquoi Constantine, qui l’a élevée avec amour pendant vingt-deux ans, est partie sans même lui laisser un seul mot.

Une jeune bourgeoise blanche et deux bonnes noires. Personne ne croirait à leur amitié ; moins encore la tolèreraient. Pourtant, poussées par une sourde envie de changer les choses, malgré la peur, elles vont unir leurs destins, et en grand secret écrire une histoire bouleversante.

 

Mon avis

C’est un roman original dans le style d’écriture, basé sur le point de vue des 3 personnages principaux, on passe de l’un à l’autre au fil des chapitres avec un léger changement de ton en fonction de chaque personnalité.

 Aibileen est la première bonne dont on fait la connaissance. Elle est toute en retenue. Elle vit seule depuis le décès de son seul fils. Elle adore s’occuper des enfants mais quitte son emploi lorsque les enfants dont elle s’occupe grandissent, perdent leur innocence et commencent à faire ressentir la différence blanc/noir comme leurs parents. Cette fois ci elle a décidé d’apprendre à sa chère « Baby girl », que sa mère traite par l’indifférence, que la différence de couleur de peau ne fait pas des gens si différents. Elle espère qu’elle gardera cela ancré en elle en grandissant.

 Minny, quant à elle, ne sait pas tenir sa langue, elle répond régulièrement à ses employeurs ce qui entraîne souvent son renvoi (et des coups de la part de son mari). Elle est pourtant la meilleure cuisinière de la ville et elle trouve grâce à cela une place chez Miss Célia, nouvelle arrivée dans la communauté et qui n’arrive pas à s’en faire accepter. Toutes ses tentatives tournent à la catastrophe, elle en est touchante.

 Miss Skeeter (« moustique », surnom donné par son frère à sa naissance car elle est maigre est grande) a grandi à Jackson mais lorsqu’elle y revient après ses études, elle est peu à peu choquée par le comportement de ses amies vis à vis de leurs bonnes. Un jour lui vient l’idée d’écrire un livre sur ce que pensent les bonnes des familles chez lesquelles elles travaillent. Pendant un an, la vie de ces 3 femmes sera rythmée par leurs rencontres en secret pour raconter leurs histoires, belles ou terribles.

 L’auteure finit ce livre en nous racontant ses souvenirs d’enfance avec sa bonne et en expliquant ceci :

« Je suis à peu près certaine qu’aucun membre de notre famille n’a jamais demandé à Demetrie ce qu’on ressentait quand on était une Noire travaillant pour une famille de Blancs dans le Mississipi. Il n’est jamais venu à l’idée d’aucun d’entre nous de lui poser cette question. C’était la vie de tous les jours. Ce n’était pas une chose sur laquelle les gens se sentaient obligés de s’interroger.

J’ai regretté, pendant bien des années, de ne pas avoir été assez âgée et assez attentionnée pour poser cette question à Demetrie. J’avais seize ans à sa mort. J’ai passé des années à imaginer ce qu’aurait été sa réponse. Et c’est pour cela que j’ai écrit ce livre. »

C’est un roman vraiment magnifique (Enna, Sandrine et George ont aussi aimé), les personnages sont bien décrits, certains touchants, d’autres horripilants. J’ai vraiment tout adoré, le sujet, dans lequel on est plongé avec force, le style d’écriture, la couverture très belle.

D'habitude je préfère ne pas voir les films adaptés de livres que j'ai lus mais là, j'ai très envie de me laisser tenter,  surtout que le film sort bientôt.