echapp_e_belleRésumé de l’éditeur

   Simon, Garance et Lola, trois frères et sœurs devenus grands (vieux ?), s’enfuient d’un mariage de famille qui s’annonce particulièrement éprouvant pour aller rejoindre Vincent, le petit dernier, devenu guide saisonnier d’un château perdu au fin fond de la campagne tourangelle.

   Oubliant pour quelques heures marmaille, conjoint, divorce, soucis et mondanités, ils vont s’offrir une dernière vraie belle journée d’enfance volée à leur vie d’adultes.

  Légère, tendre, drôle, L’Echappée belle, cinquième livre d’Anna Gavalda aux éditions Le Dilettante, est un hommage aux fratries heureuses, aux belles-sœurs pénibles, à Dario Moreno, aux petits vins de Loire et à la boulangerie Pidoune.

   Mon avis

   Une vraie pépite pour moi, 164 pages lues d’une traite, drôle mais en même temps pas si léger que ça, ce roman évoque les rapports entre frères et sœurs, le divorce des parents vécu différemment selon leur âge, le rôle que chacun a dans la fratrie et dont on peut difficilement se défaire à l’âge adulte.

   La description de Carine, la femme de Simon est forcément savoureuse jusqu’aux explications de Simon à ses sœurs : « Elle est bien plus gentille à la maison… C’est quand vous êtes là qu’elle est pénible. Je crois qu’elle est jalouse… Elle a peur de vous. Elle croit que je vous aime plus qu’elle et … et puis vous représentez tout ce qu’elle n’est pas. » (p157)