loetitia_pillault (Loetitia Pillault)

Ce mois ci équilibre entre lectures divertissantes comme Oscar Wilde et les crimes du Vatican et Maine et d'autres plus percutantes que je n'ai pas eu le temps de chroniquer alors les voici.

J'ai commencé le mois avec La femme de nos vies de Didier van Cauwelaert.

La_femme_de_nos_vies

« On n’attend plus rien de la vie, et soudain tout recommence. Le temps s’arrête, le cœur s’emballe, la passion refait surface et l’urgence efface tout le reste. Il a suffit d’une alerte sur mon ordinateur pour que, dès le lendemain, je me retrouve à six mille kilomètres de chez moi, l’année de mes quatorze ans. L’année où je suis mort. L’année où je suis né. »

Dès ces premières phrases j’ai su que j’allais aimer ce roman, l’histoire d’une officier des services scientifiques de l’armée allemande qui a cru en Hitler avant de travailler à son élimination tout en dirigeant un centre d’études pour les enfants surdoués et parvenant à sauver le narrateur. Le thème m’a forcément touchée et l’écriture de Didier van Cauwelaert également, une première lecture de cet auteur qui m’a séduite, un roman magnifique.

Quelques phrases (et j’aurais pu en noter beaucoup d’autres) :

« Si c’est ça, le summum de l’intelligence, j’ai bien fait d’être con » p119

« Toujours cette peur de blesser ceux qu’on aime en ouvrant notre cœur. Ce qu’ils déduisent de nos silences leur fait tellement plus mal… » p 158

 

Une autre découverte avec Un été sans les hommes de Siri Hustvedt, dans lequel on retrouve un groupe d'octogénaires qui ne redoutent pas la mort mais leur perte d'autonomie, un groupe d'adolescentes qui peuvent être cruelles comme on l'est à cet âge, le tout à travers le regard d'une poète de 50 ans qui vient de découvrir la liaison de son mari avec une femme plus jeune. J'ai apprécié le style de cette auteure,  je dois bien dire que j'ai parfois eu du mal avec la richesse du vocabulaire mais c'est aussi ça le charme de la lecture (merci à Irrégulière qui m'a donné envie de me lancer dans cette lecture)

ete_sans_les_hommes_siri_hustvedt

Au toatal peu de livres mais de riches découvertes