mauricio

Au cœur de Barcelone, au début des années 1990, Mauricio est dentiste dans une clinique après avoir étudié en Allemagne puis à Madrid. Il gagne correctement sa vie mais a du mal à l’assumer car il se rend bien compte des difficultés de nombre de ses concitoyens, ayant perdu espoir et désabusés par cette démocratie qui n’a pas répondu à toutes leurs attentes.

Mauricio se retrouve ainsi partagé entre des relations opposées : son ami de collège, Fontàn, qui a fait fortune dans la finance et qui lui fait découvrir les restaurants chics et branchés de la ville d’un côté, des militants socialistes de l’autre, qui vont le convaincre de participer aux débats pour les élections prochaines, débats par l’intermédiaire  desquels il va se trouver confronté aux quartiers pauvres à la périphérie de la ville.

Ses amours sont eux aussi partagés, entre Clotilde, jeune avocate brillante, voulant à tout prix prouver qu’une femme peut être indépendante financièrement mais sans  savoir comment s’y prendre dans un monde du travail aux codes masculins et Porritos, jeune femme enjouée à qui des années de vie dissolue ont laissé pour souvenir cette maladie encore peu connue, le sida et que Mauricio accompagnera jusqu’à sa mort. Il ne sent finalement jamais à sa place dans cette société qui se cherche.

J'ai lu ce roman dans le cadre des découvertes d'auteur chez Stéphie, rendez-vous que je trouve toujours très intéressant car il s'agit souvent d'auteur dont je n'ai jamais entendu parler, ce qui est le cas cette fois ci pour l'auteur espagnol, Eduardo Mendoza. Même s'il ne s'agit pas d'un coup de coeur, j'ai apprécié dans ce roman la vision critique de la politique en particulier et à un niveau un peu moindre des religions. Le personnage de Mauricio m'a inspiré peu de sentiments, il est pour moi insignifiant, il ne s'engage pas, ses hésitations ne le mènent nulle part, on a l'impression que ce sont les personnes autour qui lui balisent un chemin.

Egalement lu dans le cadre du challenge Petit bac 2014 chez Enna, catégorie "Prénom"

eduardo-mendoza

Petit bac 2014, enna