servanteDès les premières pages, ce roman nous plonge dans une société dystopique, totalitaire, dans laquelle chaque individu va tout perdre, jusqu’à son nom, pour être intégré dans une caste. Suite à une chute de la fertilité liée à des problèmes environnementaux, les jeunes femmes encore fertiles sont éduquées pour inhiber chez elle toute volonté d’individualité avant d’entrer au service de couple de haut rang et devenir mère porteuse. Ce sont les servantes écarlates, vêtues de rouge de la tête aux pieds, leur fonction ne pouvant passer inaperçue.

Defred est l’une d’entre elle, elle nous fait part de sa vie chez le Commandant et son épouse, isolée, sans contact possible avec d’autres personnes en dehors de sa condition, de ses envies de liberté, aussi infime soit-elle. De nombreux « flasback » font entrevoir sa vie avant et imaginer les horreurs perpétrées pour en arriver à cette société régie par des rites religieux stricts.

C’est un roman perturbant, datant déjà de plus de trente ans et explorant des questionnements toujours d’actualité, le rôle des femmes dans la société et, au-delà de ça, la place de chaque individu privé de liberté de penser, de choisir. Je ne peux pas vraiment dire que j’ai aimé cette lecture, par moment trop longue mais je ne peux que la conseiller pour les réflexions qu’elle soulève.

 

Première lecture de l'année pour le challenge Petit Bac 2018 chez Enna, catégorie "Couleur"

Petit bac 2018