Cela fait longtemps que je n'ai pas partagé une lecture. Pourtant plusieurs titres sont en attente, alors voici le premier

ciao amore

Trois ans après avoir quitté Alexandre, Cléophée, magnifique jeune femme de 28 ans, occupe ses soirées en dansant, buvant et se détend grâce à ses petits « parachutes », petites pilules magiques. Un matin, elle décide sur un coup de tête de quitter son travail et de retrouver l’amour. Seulement ce sera sur le ton d’un défi.

« Le premier qui m’interpelle je l’aimerai pour toujours, et il devra m’aimer en retour, sinon je le tue ».

C’est Ferdinand qui se retrouve piégé. Le temps de quelques jours d’été, au son de musiques variées (de Dalida à Elton John), Cléophée entraîne Ferdinand dans un jeu dangereux, de Paris aux routes du sud de la France et aux plages d’Italie.

« Y avait-il, ici-bas, autre chose de plus important que l’amour ?

S’il ne l’aimait plus, s’il ne l’aimait pas, elle en mourrait ! Mais comme elle aimait la vie, elle préférait que ce soit lui qui meure.

Quand l’amour n’est pas partagé, l’un des deux doit disparaître » p121

J’ai découvert ce roman lors des Editeuriales, il s’agit de rencontres à la médiathèque de Poitiers qui se déroule tous les ans au mois de mars. Pendant une quinzaine de jours, une maison d’édition est à l’honneur et des rencontres ont lieu avec les auteurs et éditeurs avec un débat sur le travail de relecture, de conseils, de choix du titre, de la couverture, etc… . Cette année il s’agissait de Flammarion et j’ai pu aller assister à la rencontre avec Héléna Noguerra et son éditeur Guillaume Robert. Helena Noguerra a ainsi pu partager sa façon d’écrire, la volonté d’une ambiance « nouvelle vague » dans ce roman. L’écouter nous lire certains passages était très agréable. Par contre je regrette de ne pas avoir pu lire le roman avant, j’aurais peut être pu participer plus activement à cet échange.

C’est également un roman entrecoupé de paroles des chansons que l’auteur a voulu mettre dans la tête de son personnage ou que celle-ci chante en chemin ce qui m’a un peu gênée parfois, ne les reconnaissant pas toujours de façon assez fluide pour poursuivre ma lecture sans y accrocher. Par contre j’ai beaucoup aimé aller sur le site ciaoamore.fr où la bande son de ce livre est chantée par la nièce de Héléna Noguerra.

Pour conclure, une charmante rencontre, une lecture agréable même avec cette atmosphère pesante où l’on sent bien que l’issue ne peut être que dramatique et une chanson qui vous reste longtemps en tête.  

20170309_191533